Le "tas de pierre" du Ménez-Hôm

 

(le Ménez-Hôm est une colline située sur la presqu'île de Crozon)

 

Autrefois, il y avait en Bretagne un roi très puissant, qu'on appelait le roi Marc'h (marc'h=cheval), parce qu'il était fort comme un cheval. Samsom lui-même n'aurait pu jouter avec lui. Le roi Marc'h s'enorgueillissait de sa force; souvent, aussi, il en abusait. C'était un terrible batailleur, malheur à celui qui faisait mine de lui résister ! Quand il avait envie d'une chose, il ne se privait pas de la prendre, surtout quand cette chose était une belle fille qui lui plaisait. Il faut tout dire: le roi Marc'h avait aussi ses bons côté. Par exemple, il distribuait volontiers l'aumône. De plus, quoiqu'il ne fût pas dévot, il avait une vénération particulière pour sainte Marie du Ménez-Hôm. On prétend même que c'est lui qui fit construire la jolie chapelle qui est à mi-pente sur le versant de la montagne, et qui, depuis, est restée dédiée à cette sainte.

Quand il mourut, le bon Dieu parla de le damner. Mais sainte Marie jeta de hauts cris, et plaida si bien la cause de son fidèle serviteur, que le bon Dieu se laissa fléchir.
- Soit, dit-il, ton roi Marc'h ne sera point damné. Mais son âme devra demeurer dans la tombe, jusqu'à ce que cette tombe soit assez haute pour que, de son sommet, le roi Marc'h puisse voir le clocher de ta chapelle.

Le roi Marc'h, pour être plus proche de la sainte, son amie, avait ordonné qu'on l'enterra au Ménez-Hôm. On l'y avait enterré, en effet; seulement au lieu de creuser sa tombe dans le cimetière de la chapelle, parmi les morts du commun, on avait jugé plus convenable de lui faire une sépulture à part, sur le versant opposé de la montagne, en sorte qu'entre cette sépulture et la chapelle, il y avait un grand dos de lande. Le bon Dieu, en mettant au salut de l'âme du roi Marc'h la condition que j'ai dite, pensait satisfaire à sa justice éternelle tout en condescendant au désir de sainte Marie. Le roi Marc'h ne serait point damné, il ne serait jamais sauvé non plus.

Oui, mais les saintes ont quelquefois plus de finesse que le bon Dieu, tout Dieu qu'il est.
A quelque temps de là, un mendiant, passant près de l'endroit où avait été enterré le roi Marc'h, rencontra une belle dame qui semblait porter un objet fort lourd dans les plis de sa robe.
Il lui demanda l'aumône.
- Volontiers, répondit la belle dame, mais d'abord faites comme moi. Prenez une de ces grosses pierres qui sont là, dans la lande, et venez la déposer sur la tombe où je vais moi-même déposer celle que je porte.
Le mendiant obéit. La belle dame l'en récompensa, en lui glissant dans la main un louis d'or tout neuf.
Vous pensez si le mendiant remercia.
- Promettez moi, dit-la belle dame, qu'à chaque fois que vous passerez en ce lie, vous ne manquerez jamais de faire ce que vous avez fait aujourd'hui.
- Je vous le promet.
- Je souhaiterais aussi que vous fissiez la même recommandation à toutes les personnes de votre connaissance qui ont coutume de voyager dans la montagne.
- Je le ferai.
- Au surplus, je puis vous le confier: c'est l'âme du roi Marc'h qui est enfermée ici. Elle sera sauvée le jour où, de ce tas de pierre que nous venons de commencer, elle pourra voir le clocher de la chapelle qui est de l'autre côté du mont. Le roi Marc'h a toujours été bon pour les gens de votre sorte. Rendez lui au moins en cailloux ce que vous avez reçu de lui en pain et en menue monnaie. Soyez assuré, d'ailleurs, que sainte Marie vous en sera gré.
Vous l'avez deviné déjà : la belle dame n'était autre que sainte Marie elle-même.
Le mendiant s'acquitta en conscience de la commission de la sainte.
Depuis lors, il s'est écoulé plus de cent ans.

D'année en année, le tas de pierre grandit. Chaque passant y apporte sa pierre. Moi, quand je chemine de ce côté, j'ai soin, dès le pied de la montagne, d'emplir de cailloux mon tablier. Beaucoup de femmes font de même, pour être agréable à sainte Marie. Avant que le tas soit assez élevé, il faudra sans doute attendre bien des années et de années encore. Mais aussi le roi Marc'h sera sauvé pour l'éternité, et sainte Marie aura joué au bon Dieu un tour dont certainement il ne se fâchera point.

4 votes. Moyenne 3.75 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Recherche personnalisée

www.webbreton.com
www.webbreton.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site