Bréhat


 

Bréhat est une île française située dans le département des Côtes-d'Armor au nord de la pointe de l'Arcouest en Bretagne. Bréhat a prêté son nom à l'Archipel de Bréhat dont elle est l'île la plus grande. Son nom breton est Enez Vriad.

Ses habitantss'appellent les Bréhatins.

 

 

Aujourd’hui l’île de Bréhat accueille une population de près de 5000 personnes l’été alors que sa population insulaire est de 420 habitants.

L'île est en fait composée à marée haute de deux îles : l'île nord au relief de Landes et l'île sud plus fleurie; elles sont reliées par le pont Vauban (ou pont ar Prat).

Les roches à fleurs d'eau de l'île et de l'archipel de Bréhat forment des écueils dangereux, la navigation de plaisance y est particulièrement difficile et demande de solides connaissances maritimes, malgré les phares qui l'entourent.

Son microclimat, particulièrement doux en hiver, offre une très grande diversité de fleurs et de plantes. C'est un des rares lieux en «Bretagne Nord» sur lequel peuvent pousser des plantes méditerranéennes, car les gelées y sont encore plus rares que sur les côtes.

C'est également une île sur laquelle on trouve du granit rose, pourtant loin à l'est de la "Côte de granit rose" qui commence vers Perros-Guirec. Entre arbres, fleurs et granit rose, les contrastes lumineux sont particulièrement éloquents.

Au Moyen Âge, Bréhat devient un point militaire stratégique et le duc de Penthièvre décide de fortifier l'île. Malgré ces fortifications, Bréhat sera régulièrement envahie par les anglais, et même les espagnols.

Sous Louis XIV, Vauban fortifia l'île et construisit le passage qui porte son nom entre les deux îles.

Quelques vestiges gallo-romains, les ruines du monastère de Saint-Budoc, des Cordeliers et de Récollets, le moulin de Birlot, ancien moulin à marée entièrement restauré, l'église N.D. de Bonne Nouvelle dont les premières pierres ont été posées au 15ème siècle et les vestiges de l'ancienne citadelle bâtie de 1860 à 1862 sont autant de témoins d'un passé qui rappellent que Bréhat fut tour à tour une petite cité paisible mais aussi un site convoité. A marée basse, on peut encore apercevoir ce qui reste des anciennes pêcheries que les moines exploitaient pour nourrir la communauté.

 

Le Paon

La Croix

Héaux de Bréhat

Rosédo

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Recherche personnalisée

www.webbreton.com
www.webbreton.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site