île-aux-Moines

 

"La perle du Golfe"

 

 

C'est la plus grande île du Golfe du Morbihan et une des deux seules qui soient une commune (l'autre étant l'Île d'Arz).

Le nom Breton de la commune est Izenah.

Ses habitants se nomment les Ilois et Iloises.

 

Elle fut appelée successivement Crialeis (« croix courte ») puis Enez manac'h (« île au moine »).
 

Elle mesure 7 km de long sur 5 de large pour une superficie de 310 ha. Sa forme est celle d'une croix et aucun point de l'île n'est situé à plus de 450 m de la mer.

Aujourd’hui, elle compte 649 habitants vivant toute l’année sur l’île. Par contre l’été, la population dépasse les 6000.

Le conservatoire du littoral a acquis en 1980 la pointe méridionale de l'île, la pointe de Penhap qui est gérée par la commune.

C'est un site protégé à cause de sa végétation de type méditerranéen.
Deux de ses pointes, le Trec'h et Toulindac sont considérée comme sites classée.

L'asphodèle d'Arrondeau, une plante emblématique

Plante protégée, la "nunu", comme on l'appelle ici, est présente uniquement en Bretagne. Elle semble particulièrement apprécier l'Ile-aux-Moines où, le printemps venu, elle couvre abondamment landes et prairies de ces grandes fleurs blanches.

 

L'Île-aux-Moines est habitée depuis l'époque néolithique comme l'attestent les dolmens encore visibles ainsi que d'autres vestiges. Des traces d'occupation à l'époque gallo-romaine ont également été découverts au bourg.

En 854, le roi de Bretagne Erispoë en fit don à l'abbaye de Saint-Conwoïon de Redon, créé par son père, Nominoë. Elle sert alors de grenier pour l'abbaye.

Après les invasions normandes du Xe siècle, l'île est rattachée à la paroisse d'Arradon.

En 1453, elle fut élevée au rang de paroisse.

En 1792, elle devient une commune sous le nom francisé d'île aux moines.

Traditionnellement, les jeunes filles avaient le droit de choisir elles-mêmes leur mari car l'économie de l'île reposait largement sur leurs épaules, du fait du grand nombre de marins au long cours fournis par l'île.

Le rendez-vous des bernaches

Dès les premiers froids, l'Ile-aux-Moines est le point de rendez-vous de nombreuses bernaches cravants. Ces petites oies grises, après s'être reproduites en Sibérie, viennent profiter de la douceur hivernale du Golfe du Morbihan. Par centaines, elles se laissent observer sur les vasières se nourrissant d'herbes marines. A l'approche du printemps, elles repartiront pour un grand voyage vers leur résidence estivale.

 


1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau
Recherche personnalisée

www.webbreton.com
www.webbreton.com