Ploërmel, cité ducale

(en breton : Ploermael)

les habitants sont les ploërmelais et les ploërmelaises

 

 

Le pays de Ploërmel est une terre de légendes où l’histoire ne cesse de croiser les légendes. Quoi de plus naturel à l’orée de la forêt de Brocéliande ?
Paroisse rattachée à l’évêché de Saint Malo à partir du IXème siècle, Ploërmel fut ensuite fortifiée et honorée de la présence des Ducs de Bretagne.
Sa position stratégique lui apporta ses heures de puissance politique, religieuse et économique. Autant que la gloire, les conflits marquèrent la ville : guerres de succession, guerre de Cent Ans, guerres de la Ligue, Révolution…

 

 

 

 

 

Vestiges des fortifications de la ville érigées en 1175

Ploërmel était autrefois une ville close et comportait douze tours. Plusieurs fois assiégée, la cité résiste aux ligueurs. Le dernier siège de Ploërmel remonte à 1594. Les remparts sont démolis au XVIIème siècle. Il subsiste quelques vestiges, notamment la tour des Thabor.

 

 

 

Eglise Saint-Armel

Saint-Armel, fondateur de Ploërmel, représenté menant un dragon par son étole, fut sans doute le fondateur d'une première église. Mais de cette époque, il ne reste que des vestiges.
L'église actuelle fut édifiée par les seigneurs de La Gaudinaye au XVè siècle. C'est un bel édifice de style gothique.
Une splendide verrière d'origine a échappé aux bombardements de 1944. Ce vitrail, l'un des plus remarquables de Bretagne représentant l'Arbre de Jessé, éclaire ces lieux.
 
À l'intérieur, on trouve une voûte en bois ornée de sablières richement sculptées ainsi que les tombeaux de marbre blanc de Montauban de Bretagne, chancelier d'Anne de Bretagne, et de sa femme, mais aussi des ducs de Bretagne Jean II et Jean III.

 

 

 

La chapelle bleue Sainte-Marie-des-Carmes

Fondée au 13è s, détruite lors de la Ligue par les anglais, reconstruite au 17è s.
Cette chapelle était jadis sous le patronage de Notre-Dame des Sept douleurs. C'est dans cet édifice qu'ont lieu, en mars 1789, les réunions pour l'établissement du cahier de doléances de Ploërmel. La chapelle est rendue aux Ursulines après 1827. En 1932, les Ursulines sont remplacées par les soeurs de Jésus de Kermaria.

 

 

 

Maison mère des Frères

En 1817 L'Abbé Jean-Marie de la Mennais fonde L'Institut des Frères.
La Maison-Mère de la Congrégation, d'abord établie à Josselin, est transférée en 1824 à Ploërmel. Cette Maison sera désormais considérée comme le berceau de l'Institut et fera surnommer, en France, les Frères de l'Instruction Chrétienne : Frères de Ploërmel. Elle sera la pépinière qui va permettre au Père de la Mennais d'ouvrir des écoles à un rythme accéléré. En 1827, dix ans après sa fondation, son Institut comptera déjà cent soixante Frères instruisant dans cinquante sept écoles environ six mille élèves.

 

 

L'actuelle mairie de Ploërmel, à été totalement reconstruite en 1889.

 

 

 

Ancien hôtel des ducs de Bretagne

Cet hôtel, faisant partie des remparts, servit de résidence, depuis 1182, à la Duchesse Constance, puis aux Ducs Geoffroy, Jean I, Jean II, Arthur II, la Duchesse Anne et le Duc de Mercoeur. Ce dernier y fit construire une cheminée qui porte son écusson. Les états de Bretagne s'y tinrent en 1186, 1240, 1294 et 1309.
Il devint, en 1679, "l'Hôtel de l'Écu de France.

 

 

 

 Horloge astronomique 

Mathématiques, astronomie, navigation, Bernardin Morin (1812 - 1876) a enseigné ces disciplines dans le cadre de la Communauté des Frères de Ploërmel fondée en 1820 par l'Abbé Jean-marie De La Mennais. Auteur de nombreux ouvrages scientifiques dont un Traité d'arithmétique de 600 pages, cet homme de foi et de science a construit son horloge astronomique entre 1850 et 1855.
Après de longs calculs sur son cahier, Frère Bernardin a fabriqué chaque pièce, limé manuellement chaque roue des mécanismes.
Un système de 10 cadrans dotés d'aiguilles indique l'heure moyenne, la date et le jour de la semaine, les phases de la lune ainsi que le mois - la saison et le jour, l'équation du temps (différence entre temps moyen et temps vrai), le temps moyen pour le monde entier (N° 5 - 6), les positions de la lune - de la terre et du soleil, l'aspect de la voûte étoilée pour Ploërmel (8 et 9). Et le cadran N° 10 présente 3 aiguilles faisant respectivement un tour complet en un an, un siècle, un millénaire. A côté se trouve un système planétaire animé où l'on retrouve la Terre, la Lune, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et, bien sûr le Soleil.
Une horloge centrale, qui doit être remontée chaque jour à l'aide d'une manivelle, actionne le mouvement des 10 cadrans par 3 tiges horizontales et celui du système planétaire par 2 tiges de transmission.

 

 

 

 Statue en bronze du Pape Jean-Paul II

Cette statut de 9 mètres de haut, inaugurée le 10 décembre2006, a été offerte par le sculpteur russe Zurab Tsereteli qui a été nommé citoyen d'honneur de la ville.

 


 

Château de Malleville

Le château de Malleville (1520) est restauré au XVIIème siècle et le marquis de La Bouessière le modifie à nouveau entre 1835 et 1845. Il a été occupé par les troupes allemandes entre 1940 et 1944. Depuis 1905, le parc du château de Malleville est aménagé en hippodrome.

 

8 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. Marc DANIEL 09/03/2010

Merci pour les habitants de Ploërmel.
Un habitant de Loyat.

2. bretonne56 25/10/2008

Je connais bien ploërmel et vous avez très bien rendu son charme et ses paysages

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Recherche personnalisée

www.webbreton.com
www.webbreton.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site